Suisse : La nouvelle loi sur les jeux d'argent largement plébiscitée

C'est par un large oui que les Suisses ont montré leur enthousiasme envers la nouvelle loi sur les jeux d'argent. Dimanche 10 juin 2018, 34% de la population s'est mobilisée pour voter et le résultat s'est révélé sans appel avec 72,9% de votes positifs contre 27,1% contre.

Les cantons latins quasi unanimes en faveur de cette loi

Les cantons latins se sont montrés les plus enthousiastes, notamment les Vaudois (88,3%), juste devant les Neuchâtelois  (85,3%) et les Genevois (82%). Ils sont suivis de près par les Jurassiens (83,2%), les Tessinois (82%) et les Fribourgeois (80,5%). Les autres cantons bilingues se sont révélés plus réservés à 75,7% pour les Valaisans, et 73,7% pour les Bernois. Les moins convaincus par la loi sont donc les Soleurois (63,5%), les Schwyzois (64,1%) et enfin les Zurichois (65,9%). 

Ce référendum, organisé par Les Jeunesses des PLR, PVL et UDC  et soutenu par les Jeunes Verts, n'a pas su convaincre la majorité des votants. Les référendaires dénonçaient notamment le blocage sur Internet de certaines offres de jeux en ligne. En effet, avec cette nouvelle loi, les joueurs souhaitant s'adonner à leur passion du poker ou de la roulette en ligne sur des sites étrangers se verront automatiquement redirigés vers une page rappelant l'illégalité de cette offre en Suisse.

Les loteries et casinos peuvent donc se targuer d'avoir remporté le gros lot avec l'approbation de cette nouvelle loi. Les loteries pourront dès lors proposer des paris sportifs sous des formes nouvelles, tandis que les casinos suisses auront la possibilité d'ouvrir leurs offres sur Internet.

Une loi pour prévenir les addictions et lutter contre le marché noir

Cette loi tend à garantir la protection la plus stricte au monde contre l'addiction, et à lutter contre la fraude et le blanchiment d'argent. Le marché représenterait à l'heure actuelle une perte de 250 millions de francs en Suisse... Afin de lutter contre des loteries ou jeux illégaux, les cantons pourront désormais organiser des petits tournois de poker.

Tout comme les maisons de jeu, les sociétés de loteries devront refuser les personnes addictes, et reverser environ un milliard de francs par an à l'AVS, au sport, à la culture et aux projets sociaux.

Bonne nouvelle pour les chanceux du loto ayant des gains inférieurs à un million de francs : ils ne paieront plus d'impôts sur cette somme.

Les modalités d'application de cette nouvelle loi devraient entrer en vigueur en 2019.

Article rédigé le 11 juin 2018à09h00 dans la catégorie :
Autres articles sur les jeux d'argent en Belgique
Partagez sur les réseaux sociaux