Augmentation des réseaux de jeux illégaux en Suisse

Les tripots clandestins ne cessent de se développer en Suisse malgré les actions de grande envergure effectuées par la police et la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ).

La cause majeure ? L’impossibilité pour les nationaux d’avoir accès aux jeux d’argent en ligne. Les réseaux mafieux se sont ainsi engouffrés dans la brèche afin de répondre aux besoins des Suisses en mal de sensations fortes et d’émotions en matière de paris et de jeux de hasard. Le nombre de délits en matière de jeu illégal n’a donc cessé de monter ces dernières années. En effet, si la CFMJ recensait 61 cas en 2010, elle en a compté 123 en 2014 et 162 en 2016 ! Elle pronostique déjà que le nombre de cas délictueux devrait encore augmenter cette année.

Des casinos clandestins très bien organisés

L’activité des réseaux mafieux ne se réduit pas à un canton, mais elle se ramifie sur plusieurs zones. Zurich et Soleure font ainsi partie des villes privilégiées où ils organisent leurs jeux d’argent illégaux. Les organisateurs ont mis sur pied des casinos clandestins où se trouvent entre autres des machines à sous et où sont proposés divers paris. Ces maisons de jeu illégales sont même très bien organisées et bien équipées technologiquement. Leurs matériels de jeu sont plus faciles à installer, ils sont plus accessibles et leurs tailles sont plus réduites pour faciliter la logistique. Le montant des investissements à réaliser n’est donc pas très important tandis que les équipements confisqués par la police sont faciles à remplacer. Par ailleurs, selon les données des autorités, les principaux acteurs dans ces maisons de jeux sont pour les 2/3 étrangers.

Si les tripots clandestins attirent un large public, leur activité n’en est pas moins illégale et les organisateurs n’hésitent pas à utiliser la force pour recouvrer leurs dettes. Il n’est pas rare ainsi que les policiers mettent la main sur des armes, du matériel de jeux et de l’argent issu des paris pendant leurs descentes.

Un manque à gagner important pour les casinos en règle

D’après les données de la police et de la CFMJ, le chef d’un réseau de jeux illégaux peut générer des revenus de 100 000 francs. Par ailleurs, le profit brut réalisé annuellement par les casinos clandestins s’élèverait à 250 millions alors que les casinos légaux ont déclaré 689 millions de revenus en 2016.

Les prochaines actions des autorités : ouvrir l’accès aux jeux en ligne aux Suisses

Les jeux clandestins sont surtout favorisés par le fait que les jeux et les paris en ligne ne soient toujours pas légalisés en Suisse. Cette activité irrégulière lèse pourtant les casinos, aussi la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) a-t-elle décidé d’accorder une licence aux plateformes de jeux qui souhaitent profiter du marché qui promet d’être porteur. Les internautes pourront ainsi jouer au poker ou de jouer sur des machines à sous virtuelles depuis leur ordinateur ou leur téléphone. Une nouvelle loi devrait ainsi entrer en vigueur dans les prochains mois pour permettre aux casinos en ligne d’ouvrir leurs portes.

Article rédigé le 27 octobre 2017à08h00 dans la catégorie :
Autres articles sur les jeux d'argent en Suisse
Partagez sur les réseaux sociaux