Harmonisation de la levée d’exclusions de jeu en Suisse

Les joueurs sujets à des exclusions aux jeux de casino pourront désormais être réintégrés. Et pour cause, de nouvelles directives sont entrées en ligne de compte.

Les casinos optent pour réintégrer des joueurs exclus selon une procédure unifiée

Suite à une harmonisation, tous les joueurs exclus des jeux en ligne et des casinos pourront être réintégrés dans toute la Suisse. Un communiqué publié le mardi par la fédération des professionnels des addictions émet de nouvelles directives pour permettre d’évaluer ces personnes. Avec l’objectif commun de protéger les joueurs, la fédération des professionnels de l’addiction, le Groupement Romand d’Etude des Addictions (GREA) et le Fachverband Sucht trouvent un commun accord selon le communiqué. Jusque-là, les discussions sur les levées d’exclusion se faisaient de manière indépendante à travers les cantons.

Des situations embarrassantes  

Il arrivait des situations où un spécialiste en addiction se trouvait dans l’obligation de décider en 15 minutes si une personne totalement étrangère souffrait d’une dépendance aux jeux d’argent. Sans compter que parfois, le personnel de ces établissements se retrouve à gérer des situations bien plus complexes. Les nouvelles directives devraient donc permettre de remédier à cet état de choses. Elles viennent pour améliorer et mieux harmoniser la collaboration des services cantonaux impliqués avec les casinos. Elles apportent également plus de précisions sur les conditions cadres des entretiens entre services spécialisés et requérants.

Une prise de décision désormais avec plus d’informations

Même si les spécialistes de l’addiction continueront à gérer les cas de possible addiction aux jeux d’argent, ils le feront désormais en disposant de beaucoup plus d’informations selon la directrice régionale chez Santé Bernoise, Christina Messerli. Selon les nouvelles directives, le spécialiste disposerait à l’avance de l’état de compte ou de la situation financière du joueur, son comportement de jeu et des détails sur son exclusion des casinos. Ces critères viennent de l’international (par l’OMS).

Plus d’exclusions désormais

Cette nouvelle prise de décision servira donc à renforcer la protection du joueur. Ainsi, les personnes qui font encore preuve de symptômes de dépendance aux jeux d’argent ne pourraient pas bénéficier d’une autorisation d’accès aux casinos et aux jeux en ligne. De tels entretiens permettront également de faciliter les accès aux centres d’aides et de traitement du jeu excessif.

L’effet Covid-19

Les organes de prévention de dépendance au jeu affirment déjà que la pandémie de Covid-19 fera grimper les chiffres d’exclusion des centres de jeu d’argent. La Commission Fédérale des Maisons de Jeu (CFMJ) prononce 4278 nouvelles exclusions en 2019 soit une augmentation de 22 % en comparaison à l’année 2018. Il faut aussi dire que ces chiffres se gonflent continuellement parce que de nouveaux établissements de jeux d’argents ouvrent leurs portes. En 2019, on assiste à l’ouverture de quatre nouveaux casinos en ligne. Avec l’ouverture de trois autres casinos en ligne en 2020, les chiffres, encore inconnus à ce jour, devraient encore grimper selon la commission fédérale.

Les offres étrangères entrent dans la danse

Avant l’ouverture des casinos en ligne suisses, certains joueurs faisaient appel à des offres de jeux en ligne, mais avec des sources étrangères. Les opérateurs étrangers s’intègrent désormais dans les statistiques d’exclusion en Suisse. Ces opérateurs étrangers qui ne pratiquaient pas d’exclusion décident désormais d’emboîter le pas aux opérateurs suisses pour une meilleure protection des joueurs.

Article rédigé le 15 février 2021à17h39 dans la catégorie :
Autres articles sur les jeux d'argent en Suisse
Partagez sur les réseaux sociaux