Casinos suisses : la baisse des chiffres d’affaires se poursuit

Les casinos suisses enregistrent depuis 2007 une baisse continuelle de leurs chiffres d’affaires. En 2015, ils ont enregistré une baisse de 4 % par rapport à 2014, soit une perte de 681 millions de francs suisses. Pour les acteurs du secteur, il urge que l’Etat fédéral aide les opérateurs à ne pas faire faillite.

Une tendance à la baisse qui perdure depuis 8 ans

Cela fait 8 années consécutives que les casinos suisses observent leurs chiffres d’affaires décliner, sans pouvoir agir pour se remettre à flot. 3 raisons fondamentales ont été identifiées comme étant la source de cette conjoncture :

·         L’évolution sans cesse croissante des casinos en ligne étrangers qui grignotent de plus en plus des parts de marché

·         Le développement des salles et des établissements de jeux illégaux

·         Le développement du secteur des jeux de hasard et l’installation de nouvelles salles de jeux dans les pays limitrophes de la Suisse

Ces 3 facteurs cumulés ont été responsables d’une perte de marché de plus de 300 millions de francs suisses. Par ailleurs, si l’on rapporte le manque à gagner à l’an 2007, les casinos suisses ont perdu 33 % de leurs chiffres d’affaires depuis les 8 dernières années. Le pire, c’est que cette situation entraîne également une baisse de revenus pour les caisses cantonales qui ont vu avec l’AVS leurs recettes baisser de 40 % depuis 2007.

Les dispositions à prendre pour relancer le secteur

Pour la Fédération Suisse des Casinos, le gouvernement fédéral doit adopter au plus tôt la nouvelle loi qui définit les conditions d’exploitation des jeux de hasard en Suisse. Pour commencer, les sites de jeux illégaux et étrangers devront être entièrement interdits, car non seulement ils ne se préoccupent pas du bien-être des joueurs, mais en plus, ils ne payent rien à l’AVS. Ils font également de la concurrence déloyale aux casinos suisses légaux, ce qui empêche ceux-ci de se repositionner efficacement sur le marché.

Ensuite, les casinos suisses et leurs tiers devront être les seuls à pouvoir organiser des tournois de poker en salle ou à l’extérieur. Aucun autre établissement ou individu qui n’est pas capable d’offrir les mêmes garanties qu’un casino ne devrait pouvoir le faire. Enfin, la Fédération des Casinos espère également que la nouvelle loi leur permettra de proposer dans leurs salles de jeux les tickets de loto, les paris sportifs et les tickets de loterie qu’émet la Loterie Nationale Suisse. De cette façon, ils pourront rendre leurs offres plus attrayantes et être compétitifs.

Article rédigé le 13 juin 2016à23h18 dans la catégorie :
Autres articles sur les jeux d'argent en Belgique
Partagez sur les réseaux sociaux